Choisir la langue :

Métiers du numérique

À l'occasion de mon passage au forum de l'emploi d'Orange Hello Jobs qui a lieu aujourd'hui à la CCI Grand Lille, je vais essayer de brosser un panorama des métiers du numérique en prenant comme exemple les métiers du numérique à l'Université de Lille.

En préambule, je voudrais rappeler que de nombreux métiers de demain n'existent pas aujourd'hui (les chiffres avancés ce matin par le directeur d'Orange Nord sont que 60% des métiers de dans 10 ans sont inconnus aujourd'hui). De plus, une grande part des métiers vont être profondément modifiés dans les prochaines années à cause de la transformation numérique (et pas digitale comme je l'entends beaucoup aujourd'hui, digital est simplement la traduction anglaise de numérique, mais digital en français veut dire relatif aux doigts, comme les empreintes digitales).

L'ordre de présentation des métiers suivra la pile informatique des infrastructures jusqu'aux usages.

Couches basses : infrastructures

Nous retrouvons ici les métiers liés au réseau informatique, du technicien à l'ingénieur, mais aussi aux administrateurs des systèmes de virtualisation ou de stockage. Ces métiers se retrouvent principalement à la DSI de l'université. Quelques ingénieurs dans des laboratoires de recherche vont même jusqu'à concevoir des composants, circuits et dispositifs électroniques de traitement de l'information (à l'IRCICA par exemple).

Couches systèmes

Les personnes qui assurent le bon fonctionnement du système comme les ingénieurs de production ou les techniciens du support de proximité qui configurent et paramètrent les postes de travail se retrouvent dans cette catégorie. On peut aussi considérer que les spécialistes de cybersécurité (les RSSI, responsables de la sécurité du système d'information) interviennent principalement à ce niveau. Ce sont aussi principalement des personnels de la DSI, mais aussi de laboratoires de recherche ou de départements d'enseignement.

Couches applicatives

C'est ici qu'il y a le plus de diversité de métiers, depuis les concepteurs et développeurs d'applications (métier, gestion, web, techno-pédagogiques, ...), responsables de la maintenance et de l'exploitation des application, jusqu'aux intégrateurs du système d'information ou encore les ingénieurs en calcul intensif. On peut rencontrer ces profils à la DSI, à la DIP, dans les laboratoires ou les composantes.

Couches usages

De nombreux métiers font un grand appel aux technologies numériques. Au delà des applications bureautiques présentes sur la quasi-totalité des postes de travail, les spécialistes des données ou de l'intelligence artificielle doivent maîtriser les technologies numériques. On peut aussi citer ici les communiquants numériques (web masters, community managers), les bibliothéquaires, les chercheurs en sciences numériques (qui utilisent les technologies numériques comme un outil), le délégué à la protection des données, etc.

Cas de la recherche

Les chercheurs, enseignants-chercheurs et ingénieurs de recherche en informatique et sciences du numérique (pour qui les technologies numériques sont un objet de recherche) peuvent s'intéresser à toutes les couches de cette empilement de technologies.

Pour aller plus loin

Il existe de nombreuses organisations listant les métiers du numériques. On peut citer par exemple le référentiel métier de la branche du numérique, de l'ingénierie, des études et du conseil et de l'événement ou le site métiers du numérique en région Hauts-de-France. L'université organise d'ailleurs une journée des métiers de l'informatique tous les ans avec l'AS2I.

 

Commentaires

Il y a aussi celui de France Stratégie ; l’important est d’avoir le même pour exprimer le besoin des entreprises ET développer l’offre de formation ;-) http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs-rapport-rec-vppec-numerique-8juin-final_0.pdf

Ajouter un commentaire